10 ans de collaboration, ça peut paraitre long par les temps qui courent. Mais quand on aime, on ne compte pas. Arrivé en 2008 alors que la SA n’avait que deux années d’existence, Claude Capt, conseiller en financement immobilier chez DL, revient aujourd’hui sur ces 10 années écoulées.

 

Claude, tu fêtes tes 10 années de boîte, félicitations ! Revenons un peu en arrière ; comment as-tu atterri chez DL ?

Mon arrivée chez DEFFERRARD & LANZ SA s’est faite un peu par hasard. J’avais envoyé une demande de renouvellement de prêt via le site internet et, comme je travaillais pour une société de courtage à l’époque, Stéphane Lanz avait pris en main ma demande afin de s’assurer que je n’étais pas là à des fins d’espionnage industriel (ndlr : sourire). Au final, après un rendez-vous très sympathique, cela s’est terminé par la signature d’un contrat… de travail ! C’était il y a 10 ans maintenant…

 

À quoi ressemblait DL à cette époque ?

Nous étions basés au WTC dans un bureau d’une centaine de m2 avec deux salles pour recevoir nos clients et 4-5 places de travail. Fabrice Lanz jonglait entre la comptabilité et la gestion administrative de la société. Stéphan Mischler développait les premiers partenariats avec les courtiers immobiliers. Les 2 Stéphane (ndlr : Stéphane Defferrard et Stéphane Lanz) s’occupaient du développement de la société, des affaires à haut potentiel, de la rédaction de nos chroniques immobilières et apprenaient à gérer des collaborateurs de toutes provenances amenant des bagages professionnels divers et variés. Une salle de 8 places suffisait pour nos séances hebdomadaires. Les échanges étaient directs et francs et chacun donnait du sien pour faire avancer le schmilblick.

 

Depuis, DL a connu de belles évolutions, tant au niveau de son expansion géographique qu’en termes d’effectif. A contrario, qu’est ce qui n’a pas changé ?

Notre rôle a toujours été et est d’analyser les situations qui nous sont présentées et d’aller chercher sur le marché hypothécaire la solution de financement la plus judicieuse. Les prix d’achat des biens immobiliers, les normes de financement, l’offre hypothécaire, etc. : tout ça a bien évidemment évolué mais notre rôle reste d’aider les clients à sélectionner les meilleures offres en fonction de leurs situations et objectifs.

 

Et toi, as-tu changé ta manière d’aborder le métier ?

Non, le besoin des clients est toujours similaire et, si ce n’est le fait que les outils à disposition se sont développés, l’accompagnement dont bénéficient nos clients reste le même.

C’est toujours et encore un réel plaisir de prendre au vol des situations spécifiques et d’aider les clients à s’y retrouver pour réaliser leur rêve d’acquisition immobilière. Les aider à éviter les embûches qui existent régulièrement sur ce chemin reste un objectif très important. La complexité de certaines situations est souvent résolue par les excellents contacts et collaborations dont nous bénéficions avec tous nos partenaires financiers. Parfois, un simple coup de fil permet d’éviter bien des tracas. L’expérience permet aussi de se focaliser sur ce qui est important pour les clients et, ainsi, leur permettre de comprendre tous les enjeux et prendre les bonnes décisions au final.

 

Quel bilan tires-tu de ces 10 années de collaboration ?

Je ne pense pas avoir de bilan à tirer spécifiquement. Simplement me dire que les 10 années suivantes seront sûrement aussi agréables, quand on a cette chance d’avoir si régulièrement ce sentiment de participer à la réalisation d’un rêve.

 

Donc, tu es bel et bien reparti pour 10 ans ?

Sans même me poser la question !

 

Pour terminer, un conseil à donner aux nouveaux et futurs conseillers DL ?

Just do it !