Le 1er juillet, Jonathan Naegeli a été nommé responsable de la succursale de Nyon. A 29 ans, il est désormais le plus jeune de nos chefs de team et a toutes les cartes en main pour exceller dans sa nouvelle fonction.

Suite à la décision de Giovanni Mastroianni de voguer vers d’autres horizons, Jonathan s’est naturellement profilé comme le successeur idéal de notre collaborateur sortant à ce poste clé. Arrivé dans la société début 2016, le jeune banquier de formation avait rapidement fait preuve d’une grande maturité et d’un talent manifeste dans l’exercice de son métier. Armé d’une indéfectible volonté d’instaurer un esprit fort et soudé au sein de l’équipe, il n’en fallait pas plus pour que celui-ci se voie confier les clés de l’agence, en toute sérénité.

Présentation en 6 questions.

1 – En quoi consiste ton nouveau rôle ?

Jonathan Naegeli : « Dans cette fonction, il me faut mettre l’accent sur différents axes. 1. Promouvoir et développer l’image de la société et plus particulièrement de la succursale. Pour ce faire : acquérir de nouvelles relations d’affaires tout en soignant nos partenaires actuels. 2. Accompagner et soutenir mes collègues afin qu’ils s’épanouissent dans leur fonction et leur travail quotidien, pour que tous ensemble nous atteignons les buts fixés. Une chose est certaine, il est pour moi crucial d’être présent et disponible pour mes collaborateurs. 3. Veiller au bon fonctionnement général de la succursale. Ces trois points convergent finalement vers un but commun : faire prospérer la succursale.  »

2 – Ce qui te fait te lever le matin ?

J.N. : « Un réveil (ndlr : rires). Plus sérieusement ; m’améliorer constamment, être meilleur que la veille. Je suis d’un naturel ambitieux, j’aime acquérir de nouvelles compétences et connaissances. Atteindre les buts que je me suis fixés, c’est ce qui me fait avancer. De plus, j’aime mon travail! Ce qui est pour moi essentiel et, de ce fait, rend considérablement  plus agréables les lundis matins…»

3 – Si tu devais résumer l’esprit DL ?

J.N. : «  C’est une entreprise qui, malgré sa fulgurante évolution, a su garder son esprit de petite PME familiale. Venant de la banque, j’ai tout de suite ressenti cette différence et j’ai pu voir à quel point cela avait un impact important et positif sur tous les employés. Pour résumer, c’est une grande famille de gens professionnels et extrêmement compétents. Notre métier étant prenant et le rythme de travail soutenu, j’ai également apprécié me rendre compte que tout le monde savait lâcher la pression et s’amuser quand il le fallait. DL fait en sorte que ses employés se sentent bien et cela se ressent tant en interne que dans l’excellent travail que fournit l’ensemble des collaborateurs. »

4 – Ton ressenti concernant l’avenir de l’entreprise ?

J.N. : « Je le perçois radieux! Nous avons tous les atouts pour poursuivre notre évolution et notre croissance. De plus, notre intégration dans le groupe MoneyPark nous a ouvert une multitude de nouvelles possibilités. En effet, notre CEO, Stefan Heitmann, a pour objectif de révolutionner le marché hypothécaire suisse et nous allons tous œuvrer ensemble dans cette direction. Je suis donc très confiant et positif. Nous avons également énormément de parts de marché à gagner car, contrairement à un pays comme le Royaume-Uni où la plupart des transactions immobilières transitent d’ores et déjà par des courtiers en financement, le pourcentage d’acquéreurs sollicitant l’aide d’intermédiaires est encore passablement faible en Suisse. Nous avons donc de belles perspectives d’avenir. »

5 – Ce qui te passionne dans la vie ?

J.N. : « J’apprécie beaucoup les activités en plein air, particulièrement celles de glisse. Je pratique donc beaucoup de ski en hiver et pour ce qui est de mes hobbies estivaux, je me suis récemment passionné pour le kitesurf. J’ai tout de suite apprécié cette sensation de liberté. Le fait de naviguer à la seule force du vent est incroyable. C’est également un sport qui vous permet de visiter le monde ; il est aisé de concilier voyage, découverte et kitesurf. »

6 – Ta devise ?

J.N. : « Question compliquée! J’en ai plusieurs en tête mais je citerai Einstein : ” La vie, c’est comme une bicyclette, il faut avancer pour ne pas perdre l’équilibre ” ou encore Michel-Ange : ” Le plus grand danger qui nous guette n’est pas de viser un but trop élevé et de le manquer, mais plutôt de choisir une cible trop modeste et de l’atteindre. ” »